1

Le suivi infirmier

L'entretien est assuré par un(e) infirmier(e) spécialisé(e) en santé au travail. Il s'effectue selon des protocoles spécifiques à chaque métier. Il est ainsi proposé en alternance avec l'examen périodique du médecin du travail : le délai entre deux visites médicales ou entre une visite médicale et un entretien infirmier dépend de la surveillance médicale nécessaire au suivi du salarié (SMS ou SMR).

Au cours de l'entretien infirmier sont réalisés :

  • un point sur les évènements de santé du salarié,
  • un questionnaire sur les risques professionnels liés au métier du salarié.

Si aucun problème n'a été identifié durant l'entretien, l'infirmier(e) délivre une « attestation de suivi infirmier ». Cette attestation ne comporte aucune mention relative à l'aptitude ou l'inaptitude médicale du salarié. Elle est remise par le salarié à l'employeur.
Ce document permet à l'employeur de justifier qu'il répond à ses obligations concernant le suivi médical des salariés.

Si un problème est identifié au cours de l'entretien, l'infirmier(e) oriente le salarié vers le médecin du travail pour vérifier l'aptitude. A l'issue de cette visite, une fiche médicale sera délivrée avec les conclusions du médecin du travail sur l'aptitude du salarié.

La liste des Surveillances Médicales Renforcées simplifiée

L'employeur est tenu d'indiquer à son Service de Santé au Travail, pour chaque salarié, si celui-ci relève d'une surveillance médicale simple (SMS) ou d'une surveillance médicale renforcée (SMR).
La classification des salariés en SMR a été simplifiée par la réglementation pour une meilleure cohérence avec l'évolution des connaissances scientifiques et médicales pour chaque risque :

  • les travailleurs de moins de 18 ans
  • les femmes enceintes
  • les travailleurs handicapés
  • les salariés exposés
    • à l'amiante
    • aux rayonnements ionisants
    • au plomb dans certaines conditions
    • au risque hyperbare
    • au bruit dans certaines conditions
    • aux vibrations dans certaines conditions
    • aux agents biologiques (groupes 3 et 4)
    • aux CMR (catégorie 1 et 2)
Rappelons que la classification en catégorie SMR relève de la responsabilité de l'employeur et résulte de l'identification et de l'évaluation des risques professionnels.

Les salariés en SMR bénéficient d'un ou de plusieurs examens de nature médicale au moins tous les 24 mois. Le médecin du travail est juge des modalités nécessaires pour assurer la surveillance médicale renforcée du salarié.